Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Les inégalités

Chassons les riches de France ! On aura moins de pauvres

Par Gérard Dosogne,
le dimanche 8 octobre 2017

Quelle idée stupide de vouloir faire revenir les riches en France… Cela va encore faire augmenter le nombre de pauvres, c’est à dire le nombre de personnes dont le revenu est inférieur à 60% du salaire médian du pays.

L’absurdité de comparer des statistiques entre différents pays sans en comprendre la mécanique fait que le taux de pauvreté est plus élevé aux États-Unis qu’au Bengladesh ou en Suisse qu’en République tchèque.

Mais nos politiques, soit par incompétence, soit par mauvaise foi aiment se repaitre de chiffres qui ne veulent rien dire car non comparables... surtout quand cela les arrange pour démontrer l’improbable. Alors poussons le raisonnement à l’absurde et chassons tous les riches de France pour faire baisser le taux de pauvreté !

On constate (vérifié sur Eurostat) qu’il y a bien moins de pauvres en Tchéquie (9%) qu’au Luxembourg (15%) ou en Suisse (14%) ! La raison est simple : le salaire médian luxembourgeois ou suisse est nettement plus élevé que celui des tchèques. Donc le seuil de pauvreté (60% du salaire médian) l’est aussi.

En effet, le salaire médian luxembourgeois s’établit en 2015 à 35 370 euros par an, à 39 588 euros en Suisse et… à 7 423 euros en République tchèque. Pour comparaison, le salaire médian en France se situe à 21 415 euros et le taux de pauvreté à 13,6%.

On est donc pauvre en Suisse avec un salaire annuel par personne de 23.753 euros, soit 10% de plus que le salaire médian Français.

Maintenant, si l’objectif est de baisser le taux de pauvreté pour rassurer les bonnes âmes en France, ainsi que les anticapitalistes et autres zinsoumis, la solution la plus rapide et la plus simple est d’abaisser le salaire médian : mois il y aura de riches, plus le salaire médian baissera et avec un peu de bonne volonté, on devrait pouvoir éradiquer la pauvreté en France quand le salaire médian sera à 12 849 euros par an… entre la Slovénie et l’Espagne. Si notre petit Chavez était au pouvoir, on y arriverait vite !!

Par contre, si les riches reviennent en masse…

Messages

  • Bien dit en peu de mots Gérard.
    Si d’un coup de sa baguette le magicien Macron doublait tous les revenus en France, le taux de pauvreté resterait inchangé. Qu’elle est stupide la définition du taux de pauvreté.

  • Cet article est fondamental. Il montre que l’outil de mesure de la pauvreté est au minimum insuffisant voire idiot. Il mesure un écart entre les revenus de résidents et non une pauvreté réelle (capacité à satisfaire ou pas les besoins de base logement et nourriture). Il est toujours utile de rabâcher cette réalité :les vrais riches le sont devenus en créant des entreprises et des emplois. Souvent leur richesse reste des dizaines d’années dans leur entreprise et donc ils n’en profitent pas directement. Avec cette critique de l’outil de mesure de la pauvreté, beaucoup de débats entre économistes et politiques actuels apparaissent inutiles et inexacts. On entend : les allemands ont une économie dynamique mais ils ont plus de pauvres donc nous ne voulons pas de leur réformes. Idem pour la Suède, l’Angleterre ou les USA. Le FMI y va récemment aussi de son couplet à priori (je dis à priori car je n’ai entendu qu’une ou deux phrases de Mme lagarde rapportées par des journalistes). Elle nous dit qu’il faut réduire les inégalités. On le voit avant de parler de réduction il faut s’entendre sur l’outil ou les outils de mesure de la pauvreté et aussi comme l’article de Gérard Dosogne d’emploi2017 l’a montré il faut savoir distinguer les bonnes et les mauvaises inégalités.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.