Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > La fuite sociale

Vous avez aimé Hollande ? Vous adorerez Macron !

Par Gérard Dosogne,
le dimanche 5 février 2017

Appelé par le président Hollande au début de son mandat, Emmanuel Macron a été le plus écouté de ses collaborateurs dans la définition de sa politique économique. Pas toujours suivi, car il fallait bien donner du grain à moudre aux « frondeurs », mais suffisamment pour donner ce parfum social-démocrate libéral espéré par l’aile droite du parti socialiste. Mais qui est-il vraiment ?

Quand on lit avec un peu d’attention les professions de foi d’Emmanuel Macron, telles que rédigées dans son manifeste par son équipe de jeunes gens « brillants », on voit que Macron est très frustré d’avoir été en partie empêché de mettre en œuvre son programme social-démocrate « hollandais » par les frondeurs. Mais il reste bien de gauche, et a appris de son maitre le flou, l’indécision et le verbe creux.

Prenons deux exemples : les 35 heures et le logement.

Les 35 heures

Après l’exposé philosophique sur la baisse du temps de travail qui s’inscrirait dans l’histoire de l’humanité, Macron affirme donc que les 35 heures représentent une grande avancée sociale, digne de l’instauration des congés payés. Bien sûr il n’a pas toujours dit cela, et, en réfléchissant, il n’y a pas que des bons côtés à cette mesure… mais les bons côtés l’emportent parait-il. D’ailleurs, pour pouvoir gagner plus, il faut permettre aux travailleurs de faire des heures supplémentaires… Si on supprime les 35 heures, comment va-t-on calculer les heures sup ?

CQFD : il faut garder cette grande avancée pour l’humanité.

La loi ALUR

Sur le logement et la loi ALUR, la démarche intellectuelle est la même : après une longue introduction sur le problème du logement, c’est-à-dire le manque d’offre de logements à des prix abordables, Macron se félicite de la grande avancée sociale apportée par la loi ALUR : enfin la transparence, apportée par le contrôle des loyers. On sait enfin combien paient les locataires (surtout combien paie son voisin) et il faut rapidement étendre ce système à toute la France : le contrôle des loyers est la solution.

On ne sait pas ni comment ni pourquoi cette loi va améliorer la situation du logement, mais, comme le dit Macron, il suffit de libéraliser le foncier (comment ? mystère), et permettre donc à des nouveaux logements de voir le jour. Avec la loi ALUR, grande avancée sociale, il n’est cependant pas certain que de nombreux investisseurs se précipitent…

François Baroin a caractérisé Macron : c’est le patron de l’extrême flou. Tellement vrai. Mais aujourd’hui, ses partisans ne veulent rien entendre. Il est jeune, énarque, inspecteur des finances, ce corps de fonctionnaires qui contrôle Bercy et à travers Bercy le Parlement ; cela suffit.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.