Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Les inégalités

Une question fondamentale ignorée des économistes ?
L’origine des fortunes

Par Valérie Pascale, Bernard Zimmern,
le mercredi 22 octobre 2014

Nous entendons beaucoup d’économistes qui s’exclament sur l’importance des grandes fortunes et dénoncent les inégalités. Mais combien sont-ils qui s’interrogent sur l’origine de ces fortunes et se demandent ce que serait la croissance économique sans l’apport de ceux qui les ont créées ?
La question est d’importance car ces économistes ont fini par nous faire croire que les plus riches étaient parvenus au sommet de leur richesse en exploitant la croissance, par le seul jeu de la rente et des intérêts composés.

Mais ces économistes n’ont jamais été regarder une source statistique que pourtant ils utilisent généreusement pour dénoncer les inégalités : la liste des milliardaires publiée par la revue américaine Forbes.
Nous joignons les 30 premiers noms de cette liste, mais les conclusions visibles, que nous en tirons restent les mêmes si nous étendons nos calculs aux 400 noms de cette liste.

L’intérêt de cette liste est de distinguer dans les milliardaires ceux de première génération, qui ont créé cette fortune par eux-mêmes de leur vivant, de ceux qui sont devenus milliardaires par héritage de leurs parents, mais parents partis aussi de rien ou de peu, les milliardaires de seconde génération ; et enfin les milliardaires grâce à leurs grands-parents ou aïeux plus reculés.

>  Le fait essentiel est que 67% des milliardaires sont de la première génération et que ce pourcentage atteint 90% avec la seconde génération.
>  En d’autres termes, 90% des milliardaires américains avaient des grands-parents pauvres ou peu fortunés.

Sauf à la gagner au jeu, ce qui semble peu probable au vu des montants, la seule façon de se construire une fortune du milliard ou plus en une génération, est de créer des entreprises.

La liste de Fortune démontre que les très riches sont des entrepreneurs, ceux qui créent de la richesse collective.

Mais sont-ils responsables de l’entièreté de la croissance économique, ou seulement d’une fraction ?
Et quelle fraction ? Que serait l’expansion économique que les différents pays du monde ont connue, sans eux ?
C’est la question dont nous aimerions penser qu’elle préoccupe ou a préoccupé des économistes, et savoir quelle réponse ou début de réponse, ils ont pu lui apporter.

Liste des milliardaires américains et origine de leur fortune

Messages

  • Ceux de la 1° génération ont des droits mérités.
    Ceux de la 2° génération ont des devoirs : ces devoirs ne sont pas institutionnalisés dans les Etats dits "de droit" et c’est une lacune à travailler...

  • Je ne connais guère ces noms.
    Cependant j’ai l’impression fruste que Soros a joué sans règle avec la finance et qu’il a pu être nuisible en créant une richesse artificielle et sans rapport avec une économie saine et des emplois positifs. Ses finances ont pu circuler ensuite ailleurs, mais c’était un rôle sans plus d’utilité que celle d’une planche à billets.
    Certains ont fait disparaître des entreprises pour éviter leur concurrence. Les économistes n’ont pas encore les moyens d’estimer l’effet de ces manoeuvres. D’autres ont prospéré en déformant à leur profit l’espace économique, voire politique, au détriment de la santé globale.
    Il faudrait, mais c’est difficile au point de vue affectif et au point de vue technique, améliorer le regard sur les grosses fortunes, au-delà de simples corrélations, facilement simplistes.
    Meilleur souvenir, YD
    J’apprécie beaucoup ce site, et l’ifrap.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.