Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Suicide du parti politique au pouvoir ?

Par Valérie Pascale,
le mercredi 12 mars 2014

Les Américains craignent pour l’avenir du parti politique au pouvoir. Si les Démocrates n’étaient qu’une marque qui commence à subir une forte détérioration ?

Nous vivons à l’époque des marques. Des grands noms comme Sony ou BlackBerry font tous beaucoup d’efforts pour entretenir l’image de leur marque face à la concurrence. En revanche, le parti politique au pouvoir ne craint aucune concurrence, car il a un monopole sur l’avenir des citoyens qui lui ont confié ce pouvoir. Mais le parti politique peut-il se détruire lui-même par ses actes irresponsables et inefficaces ? La réponse en trois étapes.

Pour maintenir sa force, le parti politique au pouvoir cherche à grossir. Chaque nouvelle mesure entraîne inévitablement l’invention de nouveaux services avec plusieurs centaines, voire milliers, de nouveaux agents fonctionnaires. Pour avoir un accès au niveau supérieur de cette chaîne, il faut passer par la myriade de niveaux intermédiaires qui n’apportent au final aucune valeur ajoutée à cette chaîne. Le syndicalisme est le meilleur moyen pour la fonction publique de maintenir sa force. Ils sont plus d’un tiers syndiqués aux États-Unis, ce qui bloque toute décision productive. La taille est désormais synonyme de force, surtout lorsque tout le monde a un objectif commun, à savoir, de rester au pouvoir.

Ceci rend le parti politique au pouvoir irresponsable. Étant en dehors de la logique des marchés, à savoir de la concurrence et de l’efficacité, des mesures sont désormais prises sans aucune estimation des conséquences. Rares sont les études d’impact qui accompagnent les décisions majeures pour l’économie, voire pour l’avenir du pays. Prenons l’exemple de l’Obamacare. Introduite sous le prétexte de réduire les inégalités, cette mesure a été ensuite révisée plusieurs fois, ses lois d’application modifiées, et le coût final réestimé. Les études d’impact postérieures montrent la conséquence extrême de cette mesure sur le marché du travail. Près d’un million d’emplois vont disparaitre, qui en est responsable ?

Comme résultat, chaque mesure nouvelle est d’une complexité extraordinaire. Les lois dépassent souvent des centaines de pages, et aucune personne extérieure n’a la capacité de les comprendre. N’est-ce pas derrière cette complexité que se cache la vulnérabilité du parti politique au pouvoir ?

Une machine de Rube Goldberg est une machine qui réalise une tâche simple d’une manière délibérément complexe, le plus souvent à l’aide d’une réaction en chaîne. Elle tire son nom du dessinateur américain Rube Goldberg (1883-1970).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.