Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses

Sacrifier l’armée pour l’Éducation nationale en faillite, est-ce une bonne solution ?

Par Dominique Mercier,
le dimanche 5 octobre 2014

Le gouvernement a dévoilé ce mercredi le projet de loi de finances 2015, qui révèle que des suppressions de postes dans l’armée vont financer des créations de postes dans l’Éducation. Si l’on peut douter de l’opportunité de diminuer les effectifs de la Défense - qui n’a cessé de diminuer ces dernières années - on peut douter encore davantage de l’opportunité d’augmenter les effectifs de l’Éducation, déjà 60% plus importants qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni.

En 2015, il y aura 7.500 suppressions de postes à la Défense, contre 9.500 créations de postes dans l’Éducation [1]. Le ministère de la Défense perd ainsi 650 millions d’euros de budget, quand l’Éducation nationale en gagne 1,1 milliard. Mais qu’en est-il aujourd’hui du personnel dans l’Éducation ? Peut-on parler de sous-effectif ? L’enquête la plus révélatrice sur le sujet est sans doute celle de l’iFRAP de 2013, qui compare, pour la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, les effectifs totaux affectés à l’enseignement obligatoire (primaire et secondaire hors maternelle).

Ces pays ont tous trois 10 millions d’élèves, pourtant le Royaume-Uni et l’Allemagne y dédient en effectif entre 800.000 et 900.000 personnes au total, quand la France y dédie 1,35 million, soit environ 60% de plus. Ce différentiel considérable s’explique par un nombre beaucoup plus important d’enseignants mais aussi d’administratifs :

> La France compte près de 900.000 enseignants, contre près de 600.000 et 500.000 pour l’Allemagne et le Royaume-Uni respectivement.
> La France compte 440.000 administratifs, contre 100.000 environ chez nos voisins.

Comparaison des effectifs dans les systèmes scolaires français, allemand et britannique
FranceAllemagneRoyaume-Uni
Élèves du primaire et secondaire 10,5 M 10,5 M 10,5 M
Nombre d’enseignants 860 000 615 000 530 000
Assistants d’éducation et pédagogique 70 000 NC 240 000
Personnel administratif et de support 440 000 90 000 105 000
Total personnel de l’enseignement obligatoire 1 350 000 820 000 875 000
Source : Société Civile n°138, septembre 2013, p.11.

Face à ces chiffres, on constate donc que le problème en France ne se situe pas dans des effectifs trop peu importants mais dans une mauvaise gestion de ceux-ci. L’augmentation du personnel dans l’Éducation est donc une mesure purement populiste, suivant l’idée que c’est en augmentant les moyens que l’on obtiendra « l’égalité des chances ». Comme nous l’avions montré dans un précédent article, c’est au contraire le désengagement de l’État via la favorisation d’initiatives privées qui permettrait aux plus défavorisés de réussir à l’école.

Sans être des experts du sujet, nous pouvons également nous interroger sur la pertinence de la réduction du budget de la Défense. Ce budget a été officiellement « sanctuarisé » pour les trois années à venir, mais il se stabilise à un bas historique, suite à une diminution continue pendant plus de trente ans. Ainsi qu’en atteste le graphique ci-dessous, le budget de la Défense est ainsi passé de 3% du PIB en 1980 à environ 1,5% en 2013.

Budget de la Défense en pourcentage du PIB et en pourcentage du budget de l’État depuis 1980

Source : ministère de la Défense, Direction des affaires financières, Observatoire économique de la Défense. (Graphique tiré de l’avis parlementaire de Serge Grouard d’octobre 2013 [1].)

Nous soulignons ces chiffres car si la réduction de la dépense de la France s’inscrit dans une tendance générale au désarmement des pays européens, c’est peut-être inquiétant au regard des hausses massives d’investissement de plusieurs autres pays. Ainsi, en 2012, le total des budgets militaires de la Chine, de la Corée du Sud, de l’Inde et du Japon a dépassé pour la première fois celui de l’ensemble des pays de l’Union européenne [2]. C’est malheureusement la suite logique à 20 ans de croissance soutenue des dépenses militaires de ces pays, face aux baisses ou à la stagnation européennes. Entre 1992 et 2012, le budget militaire de la Chine a crû en moyenne de plus de 10% chaque année.

Croissance moyenne annuelle des dépenses militaires dans les principaux pays du monde entre 1992 et 2012


[1De manière un peu moins significative, il y aura également des créations de postes dans la Police et la Justice (400 et 600 respectivement) ainsi que d’autres suppressions (4.500 aux Finances).

[2Voir le Livre blanc de la Défense de 2013.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.