Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Politique énergétique

Remarques sur l’état de la transition énergétique en France
(janvier 2015)

Par M. Reyne,
le dimanche 15 février 2015

Il est catastrophique de constater que la plupart des Français restent insensibles aux coûts ou prix des énergies, qui pourtant concernent notre futur.
En France, les experts énergétiques s’accordent pour constater que, hors l’énergie hydraulique, dont les sites possibles en France sont saturés, l’électronucléaire reste le plus compétitif :

Type d’énergieCoût de production (€/MWh)Remarques
Hydraulique lourde (grands barrages) 1,5 à 2,0 sites saturés en Europe
Nucléaire 58 REP (Réacteur à Eau Pressurisée) 4,95 à 5,44 avec prolongation durée de vie suivi par Cour comptes
Flamme (charbon ou gaz) 7 à 10 importation du combustible
Eolien 6,8 sur terre
Eolien > 22 prévu en mer (complexité et entretien en milieu marin)
Photovoltaïque 23 à 37 suivant type installation
Base : année 2014

Le coût de production de l’énergie nucléaire, qui assure une sécurité satisfaisante en France, est suivi par la Cour des comptes et s’établit actuellement à 54,4 €/MWh pour 2014, traitement des déchets et démantèlement inclus. Environ 60 €/MWh pour 2015.

Seuls l’éolien et le photovoltaïque, parmi les énergies nouvelles, pourraient être des concurrents potentiels pour réaliser un réseau. Mais, ces énergies sont à la fois intermittentes et variables continuellement, et, pour assurer une continuité de la fourniture électrique, il faut prévoir une énergie complémentaire qui n’est pas prise en compte dans les coûts (en fait une centrale à gaz pour répondre rapidement à la demande, avec émanation de CO2 et importation de gaz). De plus il n’est pas tenu compte du démantèlement (socles de béton enterrés pour les éoliennes, ou constituants très polluants pour les panneaux solaires).

NB : Et ceci, malgré la loi Nome qui institue un dispositif permettant aux fournisseurs alternatifs (c’est-à-dire aux concurrents d’EDF) de bénéficier d’une partie de la rente nucléaire de l’ancien monopole public et de proposer ainsi des tarifs compétitifs aux consommateurs français. D’où des prix compétitifs.

Enfin, il ne faut pas confondre le coût de revient (payé par EDF), ou industries électro-intensives, et le prix de vente au particulier qui correspond pratiquement au triple, du fait du prix du réseau et des taxes diverses dont la CSPE (Contribution au Service Public de l’Electricité) qui correspond pour l’essentiel au rachat des énergies nouvelles et qui s’accroît chaque année (voir au dos de votre facture EDF). Ainsi malgré le coût réduit de fourniture du courant électrique, son prix au particulier s’accroît chaque année (malgré la prétendue stabilisation des impôts nouveaux) :
CSPE =16,5 €/MWh en 2014, prévu : 19,5 €/MWh pour 2015, soit (+450% depuis 2002).

Ajoutons que le courant produit par l’éolien ou le solaire est vendu à perte à EDF, aux bénéfices des propriétaires du terrain pour les éoliennes ou à celui de l’appartement pour les panneaux solaires (ce qui constitue pour eux une rente).

Eolien 8,2 €/MWh pendant 10 ans, puis compris entre 2,8 et 8,2 €/MWh pendant 5 ans selon les sites.
Photovoltaïque 12 à 46 € / MWh en fonction de la nature et de la puissance de l’installation, de l’usage du bâtiment concerné, durant 20 ans
Coût du marché 54,4 €/MWh à 60 pour 2015, d’où les pertes pour EDF (et la rente pour les investisseurs-écolos ?)

Mais tous les agents d’EDF, ne règlent que 10% de leur propre facture.

Quand finira-t-on de nous raconter des sornettes ? Et de nous faire rêver à des énergies gratuites (éolien : gros investissements importés, ou solaire : tous les panneaux PV sont importés), qui sont en fait très onéreuses ?

Dans le domaine énergétique, l’Allemagne est un exemple à ne pas suivre. Sa relative bonne santé économique lui permet encore de développer ses mines de charbon (au détriment de son environnement), d’importer du gaz russe (ou du charbon américain devenu peu onéreux)… et de passer abusivement pour écologiste (voire hypocrite). La France n’en a pas les moyens.

Le budget de l’ « EnergieWende » serait supérieur au programme électronucléaire français pour une production 4 fois moindre, une électricité 40% plus chère, une production de CO2 par habitant quasi deux fois plus élevée, et qui continue à augmenter. Pendant que l’Allemagne affiche ses éoliennes et son photovoltaïque, ses centrales à gaz et au charbon émettent 350 millions de tonnes de CO2 pour produire son électricité. Par comparaison, la France est beaucoup plus efficace : elle n’en émet que 30 millions de tonnes, grâce principalement à son énergie nucléaire.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.