Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Parlementaires : la manipulation des médias

Par Jean-Marie Valentin,
le mercredi 8 février 2017

Préambule : Emploi-2017 est heureux de publier un article d’un contributeur qui s’attaque au vrai problème des parlementaires français : non pas leur usage des fonds pour leurs assistants mais leur manque de moyens. Nous rappellerons dimanche comment l’Assemblée a voté un texte dont les députés se sont aperçus en circonscription de l’idiotie ; mais ils ne l’avaient pas lu. Pour 320 millions d’habitants, les USA ont 437 députés et 100 sénateurs, pour 64 millions, nous en avons 577 et 348. Mais les parlementaires américains ont entre 10 et 30 assistants, pas 2 ou 3.

J’apprends à l’occasion de cette "affaire" que les parlementaires français ont moins de 10.000 euros nets pour payer leurs collaborateurs.

Pas étonnant qu’ils regardent passer des trains entiers de réglementations débiles provenant à la fois de Bruxelles et de nos administrations, sous l’influence de multiples lobbys et officines sans pouvoir faire grand-chose ! La réalité, c’est qu’avec 10.000 euros nets, nos parlementaires n’ont pas les moyens d’avoir autour d’eux des professionnels de bon niveau pour faire leur boulot de législateur. Qui le dira ?

D’ailleurs, savez-vous à quoi les assistants parlementaires passent le plus clair de leur temps ? A répondre aux courriers des électeurs qui demandent des places en crèche, des passe-droits pour une mutation au soleil, des aides, des alloc, etc., de ceux-là même qui aujourd’hui crient au loup avec les cons. Qui le dira ?

J’apprends que François fait bosser Pénélope et avec lui une centaine de parlementaires de tous bords.

Oui, je crois que la carrière politique est dure, ingrate, besogneuse. Oui je crois que le conjoint d’un responsable politique à ses côtés depuis plus de 30 ans est son principal collaborateur. Oui à chaque fois qu’il met un pied dehors il entend : "Vous direz à votre mari/femme...", "Vous demanderez à votre mari/femme si...", "Avez-vous pu demander à votre mari/femme si...", etc., de ceux-là même qui aujourd’hui crient au loup avec les cons. Et oui, je ne trouve pas cela anormal que ce conjoint soit rémunéré en conséquence, d’autant moins que l’enveloppe étant constante ce n’est finalement qu’un arbitrage entre deux collaborateurs. Qui le dira ?

D’ailleurs, savez-vous ce que l’on considère "en équité" en cas de divorce ? Bien en fait, ça. Que le conjoint est le "collaborateur" du succès de son mari/femme et qu’il est en droit de prendre sa part. Qui le dira ?

J’apprends que François Fillon aurait facturé environ 900.000 euros en trois ans au travers de sa boite de conseil.

Non, ce n’est pas choquant qu’un ancien Premier ministre de la République française facture moins de 500.000 euros par an en prestations de conseil. Sa "valeur de marché", est infiniment supérieure. Non ce n’est pas choquant qu’il perçoive 40.000 euros en qualité de senior advisor d’un grand cabinet de conseil. Ce n’est d’ailleurs pas très cher payé. Qui le dira ?

D’ailleurs, savez-vous à quel "prix" les conseillers ministériels se recasent actuellement dans les banques d’affaires, cabinets de conseil, et autres COMEX de grands groupes ? A leur prix de marché ! Qui le dira ?

J’apprends que François Fillon aurait employé ses enfants.

La belle affaire ! Non, cela ne me choque pas. Ses enfants - ce que j’en vois - me semblent plutôt bien cablés. Pourquoi s’en serait-il privé ? Et si cela vous choque, arrêtez de demander à vos copains de prendre vos enfants en stage ou de leur présenter vos copains de copains pour qu’ils trouvent un boulot. Parce qu’à part être vos enfants, je ne pense pas qu’ils soient plus ou moins méritants que ceux des autres. Qui le dira ?

Last but not least :

Si Fillon est empêché c’est le début du chaos. Pourquoi ? Parce que quand je vois la vitesse à laquelle les amis de François Hollande l’ont tué, et quand je vois la vitesse à laquelle les amis de Fillon se proposent de le tuer, notre classe politique sera définitivement discréditée. Non pas le candidat. Il ira faire autre chose. Mais bien tous les seconds couteaux qui gravitent autour et qui retournent leur veste au gré du vent médiatique. Qui le dira ?

D’ailleurs, cela nous apprend aussi que jamais Macron n’aura de majorité. Le lendemain d’une hypothétique élection sur un programme consensuel, il aura ses frondeurs de droite, de gauche et du centre. Qui le dira ?

Ceux qui pleurent l’élection de Donald Trump œuvrent au succès de celle de Marine.

Du bel ouvrage.

(Je précise que je ne connais pas François Fillon, que je n’ai voté ni aux primaires de droite, ni à celles de gauche et que pour me mettre "en marche", je n’ai besoin que d’une paire de chaussures…)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.