Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Les inégalités

Mythomanie de la lutte des classes

Par Cincinnatus,
le samedi 16 février 2013

Transmission des inégalités entre générations : nous sommes d’autant plus heureux de publier une étude sur les travaux de Gregory Clark, un économiste anglais, professeur à l’Université de Californie, que ces travaux ont donné lieu à des interprétations absolument divergentes. emploi-2017.org.

Mobilité sociale et générations

Dans un billet récent sur Stiglitz, nous avons adressé certaines faiblesses dans l’argumentation de ceux que nous appelons les néo-égalitaristes. Par ce terme, nous désignons les membres d’un courant de pensée qui tente de rétablir l’idéologie étatiste et collectiviste désastreuse du socialisme–marxisme par des voies détournées.

Notre analyse soulignait en particulier que l’escamotage systématique du concept de mobilité de revenus au cours d’une vie et la dénonciation conspirationniste de centiles statistiques mesurés à un moment donné enlevaient beaucoup de mérite à l’acte d’accusation. Le sujet complexe de l’inégalité réclame tout autant une mise en perspective longitudinale (répartition au cours du temps) que transversale (répartition à un moment donné).

Pour compléter encore et, espérons-le, enrichir ce débat sur l’inégalité, nous voulons ici présenter les travaux fascinants sur la mobilité sociale intergénérationnelle réalisés par Gregory Clark, historien économique de l’Université de Californie. Leur caractère un peu extraordinaire provient de l’étendue de la période étudiée : certaines de ses séries de données commencent au XIIème siècle !

Quelle classe dirigeante ?

Le titre de la principale étude de Clark que nous utiliserons ici est en effet :

Was there ever a Ruling Class ? 1,000 years of Social Mobility in England
Y a-t-il jamais eu une Classe Dirigeante ? 1.000 ans de Mobilité Sociale en Angleterre

La notion de classe dirigeante, cette clé de voûte de la paranoïa marxiste, se retrouve par exemple dans le vieux concept français des « 200 familles » riches qui contrôleraient dans l’ombre tous les ressorts de la nation.

À travers l’analyse de vénérables registres, Clark détermine le destin économique de noms de familles de l’élite médiévale sur plusieurs siècles. Ont-elles pu se maintenir au sommet ? Clark le mesure en regardant la fréquence d’apparition de leurs patronymes sur les registres des 2 universités d’élite, Oxford et Cambridge (Oxbridge), qui recrutent typiquement 1-2% de la population du pays, par rapport à leur fréquence d’apparition dans l’ensemble de la population. C’est ce qu’il définit comme la représentation relative. Il utilise d’une part les noms de famille des conquérants normands arrivés en 1066 (par exemple Baskerville, du village de Bacqueville en Normandie) et d’autre part ceux d’un registre de grands propriétaires terriens féodaux de l’époque (1235-99 Elite). Les résultats sont remarquablement similaires :

L’échelle verticale est logarithmique : la chute est donc massive et constante, dès le Moyen-âge. Depuis près d’un millénaire, les élites britanniques n’ont pu se maintenir au sommet de la pyramide sociale.

La convergence constante riches-pauvres

À partir du XIXème siècle, l’existence de données testamentaires fiables permet même de tracer et de quantifier l’évolution du patrimoine de familles initialement riches et pauvres grâce aux chiffres fournis par le testament au moment du décès.

L’axe des ordonnées mesure le logarithme du montant du testament rapporté au salaire moyen de l’année concernée. La borne Riches est fixée à £1 260, soit 22 fois le salaire moyen de l’époque. Voir étude pour détails.

La convergence ici aussi est constante. Clark note le point fondamental suivant :

« Le taux de mobilité sociale en Angleterre était aussi élevé au Moyen-âge que depuis la Révolution Industrielle. (…) La méritocratie moderne ne parvient pas à créer plus de mobilité sociale que l’oligarchie médiévale. Plutôt, ce taux semble être une constante physique sociale, au-delà du contrôle du constructivisme social. »

Dans un autre papier intitulé What is the True Rate of Social Mobility ? (Quel est le vrai taux de mobilité sociale ?), Clark trace l’évolution du statut social de patronymes rares selon plusieurs axes d’analyse. Le premier étudie le destin au fil du temps de patronymes surreprésentés à Oxbridge au début du XIXème siècle, en différenciant ceux des familles les plus fortunées. Nous avons laissé ici le graphique en échelle linéaire pour bien représenter l’ampleur de la chute :

Les ordonnées représentent la proportion des patronymes à Oxbridge
par rapport à celle dans la population totale.

Des résultats de tendance identique sont obtenus pour la représentation de patronymes d’élite (riche ou Oxbridge) au Parlement Britannique, indépendamment de l’institution du suffrage universel en 1923 qui, contre-intuitivement, ne modifie en rien les tendances.

La cruciale élasticité intergénérationnelle

Pour quantifier la perte d’une génération à l’autre, Clark définit un coefficient d’élasticité intergénérationnelle qu’il suffit de multiplier par le chiffre de la génération précédente pour obtenir la position de la génération suivante. Un coefficient de 1 signifierait donc un statut inchangé. Il obtient les évaluations suivantes pour différentes dimensions du statut social :

Élasticité intergénérationnelle
Richesse 0,74
Éducation 0,80
Statut politique 0,81
Occupation professionnelle 0,65

Notons au passage que ces chiffres correspondent à un groupe de même patronyme qui rassemble plusieurs familles, ce qui crée un effet de lissage. L’élasticité père-fils stricto sensu, mesuré entre 2 individus seulement, est beaucoup plus basse en raison du plus grand aléa que crée l’absence de moyenne de groupe. Clark mentionne une fourchette de 0,4-0,5 dans la littérature académique.

Confirmations par comparaisons internationales

Sommes-nous en présence d’un phénomène purement anglais ? Clark est en train de rédiger sur le sujet un livre qui inclura des comparaisons internationales. Un papier récent [1] publié sur la Suède donne un avant-goût des résultats.

Voici ce que donne la représentation relative au sein de 2 universités prestigieuses (Lund et Uppsala) des familles au nom latinisé (Linnaeus, Celsius, etc.), un marqueur ancien d’éminence sociale :

Voici le graphique très frappant pour les membres de l’Académie Royale (environ 0,1% de la population totale), incluant les patronymes terminant en « …son », marqueur d’origine sociale modeste :

La part de l’élite historique dans le nombre de sièges à l’Académie a fondu d’environ 50% à 4%, à un rythme remarquablement constant.

Clark écrit :

« De tels taux de mobilité sont les mêmes que ceux que nous observons pour les statuts sociaux sous-jacents parmi un ensemble varié d’autres pays dont le Royaume-Uni, les USA et même l’Inde et la Chine. »

Un autre travail en cours donne ainsi ce premier résultat remarquable sur la représentation des noms brahmanes, caste d’élite indienne, parmi les médecins du Bengale :

Des pays aux politiques publiques et aux inégalités sans aucun rapport, manifestent pendant des siècles une mobilité sociale d’ordre comparable. Quelle magie noire s’opère ?

De l’immuable mobilité

L’auteur offre la conclusion suivante :

« La forte persistance du statut social, dans un pays qui compte de nombreuses années de fourniture généreuse d’opportunités et de financement d’éducation, à un taux similaire à celui d’autres pays sans de telles dépenses égalisatrices, suggère que les forces qui déterminent la mobilité intergénérationnelle doivent être fondamentalement liées à la formation et au fonctionnement des familles. Il se peut que ces forces soient impossibles à modifier avec une politique publique. »

Un autre papier adopte un éclairage un peu différent, évoquant la dialectique génotype-phénotype (hérédité biologique / inné - impact environnemental / acquis) :

« Les effets modestes des changements institutionnels majeurs sur la mobilité sociale impliquent que le facteur déterminant de la persistance est la transmission au sein de la famille – soit via les gènes soit via l’environnement familial – et que les perspectives d’augmenter la mobilité par une action étatique sont modestes. »

Sortir de l’utopie incantatoire

Le graphique ci-dessous rappelle les dépenses d’éducation par habitant du gouvernement britannique, et leur forte croissance depuis leur mise en place :

Bien conscient de cet effort d’investissement public considérable, Clark est pourtant sans ambiguïté :

« L’avènement de l’éducation de masse financée publiquement ainsi que le suffrage universel n’améliorent pas la mobilité sociale. »

De même :

« Il n’y a pas d’indication d’un accroissement de la mobilité sociale parmi les générations récentes, en dépit de l’augmentation majeure du soutien public pour l’éducation de 1870 à 1970 et en dépit de périodes de taxation fortement progressive. »

La collectivisation et l’étatisation toujours croissantes, avec la débauche de dépenses qui les accompagne, n’ont eu aucun impact détectable sur la mobilité sociale. Les constructivismes sont en échec sur ce point critique des questions d’inégalité. Les hommes politiques qui se gargarisent du résultat de leur action dans ce domaine ont certes l’excuse de leur vraisemblable ignorance, mais s’arroger le crédit imaginaire d’une société plus mobile et méritocratique constitue donc une imposture au regard des faits, ces choses têtues.

Le métabolisme des sociétés humaines obéit à d’autres lois que celles des bonnes intentions utopistes. Le concept de classe dirigeante n’est qu’un mythe dogmatique, qu’une affabulation ou, sans doute, qu’une arme de propagande. Le sommet de la société pyramidale est le lieu permanent de flux entrants et sortants et rien ne permet d’indiquer que le taux de rotation y soit inférieur à celui des talents dans l’ensemble de la nation.

« Seul l’éphémère dure » [2]

Un sous-groupe de citoyens qui ont la bonne fortune de devenir éminents retournera à un destin insignifiant avec la même inéluctabilité que la perte de radioactivité d’un morceau d’uranium ou la rechute d’un ballon lancé en l’air. Un graphique de Clark l’illustre magistralement. Il nous montre la surreprésentation relative de patronymes d’Oxbridge de la génération de 1800-1829, tout au long de 15 générations, avant et après leur moment de culmination académique :

Sic transit gloria mundi… Ce graphique donne un nouvel éclairage amusant aux fameux propos de Karl Marx dans Le Manifeste Communiste :

Ce que produit donc la bourgeoisie, avant tout, ce sont ses propres fossoyeurs.

Pas totalement faux, Karl. Cependant, ascendance et déchéance se succèdent brutalement sans prêter grande attention à l’habillage politique institutionnel du moment. Cette indifférence aux « superstructures » fait que le délire marxiste et sa prétention de scientificité tapent dans le vide. Faut-il retourner le compliment de « fausse conscience » idéologique manipulatrice que le marxisme épingle à la pseudo-classe dirigeante ?

Les prétentions égalitaristes des colporteurs d’utopies constructivistes semblent donc bien vaines : l’État-providence, en dépit de l’énormité de son enflure, n’a pas modifié significativement la mobilité sociale, l’un de ses chevaux de bataille obsessionnels et sans doute la plus chimérique de ses revendications de succès.

La complexité et l’invariance de la dynamique des sociétés humaines dépassent clairement l’entendement des idéologies surannées dont celles-là se nourrissent et qui les conditionnent. Nous sommes donc heureux de pouvoir répondre à la question du Time par l’affirmative : moving up looks as good as ever !

Guerre ou Paix

Un symptôme évident de la survie de cette mythomanie de la lutte des classes était lisible dans un sondage publié par L’Humanité début janvier. Le porte-voix marxiste y claironnait sa satisfaction sardonique de voir que le pourcentage de Français considérant la lutte des classes comme une réalité a progressé de 40% en 1964 à 64% en 2013. « Le pire, c’est le meilleur » disait Lénine. Radicaliser par tous les moyens l’animosité entre les citoyens a toujours été au cœur de l’action socialiste-marxiste et de tout néo-égalitariste qui se respecte. Alors que tant de pays ont choisi la voie de l’apaisement et de la coopération, la France retourne tête baissée dans la stigmatisation et le conflit de classe ostracisant.

Concédons que les fondements idéologiques de l’égalitarisme enragé datent de plus d’un siècle et que le savoir humain sur ces sujets complexes a beaucoup progressé depuis. Mais qu’il nous soit donc également permis de dénoncer ce charlatanisme qui persiste dans un obscurantisme et une imposture de fait, qui ne peuvent plus se targuer ni de leurs bonnes intentions, ni de leur bonne foi. Le déni de réalité de la mobilité sociale est devenu un déni de modernité.


[1What is the True Rate of Social Mobility in Sweden ? A Surname Analysis, 1700-2012

[2Eugène Ionesco

Messages

  • TB ! Je le ressortirai aux Clionautes et à d’autres. Tu as sans doute remarqué dans The Economist un article disant en gros l’inverse, un des arguments étant que le bon enseignement supérieur américain coûtant cher, les riches sont avantagés pour y accéder. Mais quand on regarde de plus près on s’aperçoit qu’on n’est pas du tout sur la même échelle de temps que ton article (d’ailleurs une de tes courbes change de sens pour ces dernières années)
    Par ailleurs as-tu remarqué la petite pub que je t’ai faite à la fin d’article que je viens de t’envoyer ?
    Amitiés

    Yves

  • Qui lira Clark saura que ce brillant économiste américain montre justement un très fort taux de persistance du statut social au cours des siècles. Il dit lui-même trouver une très faible mobilité sociale par rapport à la plupart des études de ses confrères économistes. Qu'un descendant de conquérant Normand du XIème siècle ait encore aujourd'hui plus de chance que la moyenne d'être inscrit à Oxford et Cambridge est tout simplement hallucinant !
    Soit vous avez très mal compris Clark, soit vous transformez volontairement son propos pour défendre votre opinion. La deuxième option serait bien évidemment pire.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.