Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Manchester : pourquoi autant de haine ?

Par Claude Sicard,
le mercredi 31 mai 2017

Le nouvel attentat perpétré le 22 mai dernier, à Manchester, a soulevé partout en Occident l’horreur et l’indignation. À nouveau, un jihadiste s’est fait exploser avec une bombe de gros calibre à la sortie d’un concert donné par la chanteuse américaine Ariana Grande, à l’Arena. Cet odieux attentat a été aussitôt revendiqué par l’État Islamique. Il a fait 22 morts et une soixantaine de blessés graves, des jeunes gens pour la plupart, voire des enfants. La réplique en somme de l’attentat perpétré à Paris au Bataclan en novembre 2015. Les attentats ainsi se succèdent les uns aux autres, en Grande Bretagne, en France, en Allemagne, etc. La presse remplit ses colonnes de détails totalement dépourvus d’intérêt :

Une maman raconte que sa fille avait prévu d’aller au concert mais elle a fort heureusement manqué son bus, une spectatrice encore sous le choc indique qu’elle a entendu un très violent bruit au moment de l’explosion, une troisième personne témoigne qu’elle a vu soudain le gens se précipiter, tous paniqués, vers la sortie… Autant de détails qui font vendre, semble-t- il, des médias en quête de lecteurs qu’il convient de tenir en haleine. Mais, curieusement, rien en fait d’explication, rien qui puisse permettre aux lecteurs de comprendre ce dont il s’agit, rien qui puisse contribuer à les instruire, à leur faire comprendre ce qui se passe aujourd’hui dans le monde avec la montée d’un islam violent qui voudrait avoir le dernier mot sur l’Occident.

Nous voudrions donc, ici, tenter de donner quelques éclairages sur ce dont il s’agit. Pour un certain nombre de musulmans faisant ce que l’on appelle une « lecture littérale du Coran », l’Occident (gharb) et l’Occidentalisation (taghrib) sont une abomination. Il s’agit pour ces extrémistes de lutter contre les incroyants, et, pour les plus fanatisés d’entre eux, de les détruire afin de faire accéder le règne d’Allah sur la terre. Un instituteur égyptien, Hassan al Banna, né en 1906, a entrepris de réveiller le sentiment religieux des musulmans. Il a créé, en 1928, le mouvement des Frères Musulmans, avec pour slogan : « Dieu est notre but, le Prophète notre chef, le Coran notre constitution, le jihad notre voie, la mort pour Dieu notre désir le plus cher ». En fait, Hassan al Banna avait été précédé, quelques années auparavant, par Sayyid Al Afghani, dit « l’Afghan », un Perse né en 1838 que l’on doit considérer comme le véritable initiateur du réveil de l’islam. Ce religieux a incité les musulmans à résister à l’invasion coloniale, et il a préconisé l’union des pays musulmans pour lutter contre l’hégémonie des colonisateurs. Il s’est fait connaître par la publication d’un pamphlet contre les musulmans qui collaboraient avec les Anglais : « La réfutation des matérialistes ». Ce sont ainsi les sentiments de lutte contre les colonisateurs européens qui ont amené au réveil de l’islam et à ce que Samuel Huntington a appelé, dans un ouvrage qui fit grand bruit lors de sa parution, « le choc des civilisations ». Ce réveil de l’islam s’opéra, en Iran avec Al Afghani, en Egypte où les Anglais exerçaient une sorte de protectorat, avec Hassan al Banna, en Algérie, en 1925, avec le cheikh Abd el Hamid ben Baddis, en Tunisie avec le cheikh Abd el Aziz Taalbi, etc. Et, dès 1931, ont vit s’organiser au Moyen Orient les mouvements panislamistes, puis panarabes, avec notamment les grands congrès, de Genève en septembre 1935, et du Caire en octobre 1938.

Le mouvement des Frères Musulmans, une sorte de confrérie aux trois quarts secrète, eut pour théoricien le fameux Sayyid Qutb qui a été le grand inspirateur du jihadisme mondial. C’est sous son influence que se sont constitués les mouvements les plus extrémistes, comme la Jama’al islamiyya. Sayyid Qutb alla séjourner, en 1948, pendant deux ans aux Etats-Unis. Ce fut une révélation, pour lui, et il en revint effaré. La façon dont à son retour il décrivit la société occidentale est épique. Il la présenta comme une société diabolique, dénonçant par exemple : « Un capitalisme d’accumulation, de monopoles, d’intérêts usuriers, tout d’avidité ! Cette vue matérialiste, minable, desséchée de la vie ! Cette liberté bestiale qu’on nomme la mixité, ce marché d’esclaves nommé émancipation féminine, ces ruses d’un système de mariages et de divorces si contraire à la vie naturelle !... En comparaison, quelle raison, quelle hauteur de vue, quelle humanité en islam ! ». Pour Qutb, l’Occident était donc synonyme d’ignorance, de déviation, d’individualisme, d’égoïsme, de matérialisme, de bestialité, de libertinage… Et ce théoricien a alors prôné un jihad offensif, à l’échelle mondiale, pour lutter contre cette société décadente.

Un autre théoricien musulman, Abdessalam Yassine, a poursuivi l’œuvre de Qutb. Il a proclamé à son tour, que « la civilisation occidentale est une civilisation dépourvue de toute valeur, sauf des valeurs matérielles ». Le matérialisme, a-t-il dit, est la religion des démocraties occidentales. À l’intérieur de ces sociétés, « l’homme court derrière la jouissance bestiale, la prostitution et l’homosexualité, qui sont devenues des pratiques courantes protégées par la loi. »

Ainsi, donc, la civilisation occidentale est-elle « satanique », et ceux des musulmans qui s’en inspirent sont des renégats dangereux. On se souvient que l’Ayatollah Khomeiny employait souvent le terme de « satan » pour designer l’Amérique. Pourquoi qualifier cette civilisation de « satan » ? Parce qu’elle constitue une tentation, une tentation contre laquelle il faut mettre en garde les musulmans !

Pour ces théoriciens révolutionnaires qui ont voulu réveiller l’islam, il faut comprendre que ce que nous nommons des « terroristes » sont de simples « martyrs de la foi ». Le jihad est, pour eux, synonyme d’acte de dévotion, un acte qui ouvre tout grand les portes du paradis d’Allah. L’islam nomme ces martyrs de la foi des « chuhada ». Un peu plus tard, un autre théoricien musulman, Abou Mousseli al Souri, dit « le Syrien », né en 1958, a préconisé un nouveau type de jihad, ce que Gilles Kepel a fort bien expliqué dans un article dans le Monde. Al Souri a prôné un jihad mené par des cellules clandestines, sans lien avec un commandement central par trop aisé à détecter. Il s’agit donc, dorénavant, plutôt d’un terrorisme local, peu coûteux, indétectable, un terrorisme qui déroute les services occidentaux de renseignement. Et c’est à ce jihad que nous avons affaire, à présent, en Europe.

Nous voyons donc que pour tous ces adeptes du jihad offensif, prêché initialement par Qutb, la société occidentale, méprisable car sans Dieu, décadente, matérialiste, une société où règne la débauche sexuelle, et où la spiritualité est réduite à une marchandise, est bien à détruire. L’objectif est que, finalement, le règne d’Allah puisse s’étendre sur toute la terre.

Rappelons cette sourate du Saint Coran : « Que ceux qui veulent échanger la vie présente contre celle de l’au-delà, combattent dans le chemin de Dieu. Qu’ils succombent, ou qu’ils soient vainqueurs, Nous leur accorderons une généreuse récompense » (IV, 74).

Claude Sicard
Auteur de “Le face à face islam chrétienté : quel destin pour l’Europe ?”, et “L’islam au risque de la démocratie” (Ed. F.X de Guibert).

Messages

  • Quelle foutaise que cet islam pur : "le Prophète notre chef", est un sale pédophile qui a "consommé" une môme de 9 ans, Aïcha, alors qu’il en avait plus de 50.
    Imaginez le tollé si l’on apprenait que le pape s’était enfilé une gamine prépubère.

    Tamerlan, converti à l’islam, a tué 1/5ème de la population mondiale....
    (Dès qu’il s’agit de conversion, c’est pour s’adonner à la barbarie...)

    Le mot "amour" n’est jamais cité dans le coran....

    Et l’on continue à dire : je suis Charlie, je suis Nice, je suis Bruxelles, je suis Berlin, je suis Manchester...

    Mieux vaut dire : je suis Daladier, Je suis Chamberlin... c’est à dire MORT.

    Churchill disait : "Vous avez préféré le déshonneur à la guerre ; vous aurez la guerre et le déshonneur".

    Alexis de Tocqueville (1805 – 1859) « L’islam, c’est la polygamie, la séquestration des femmes, l’absence de toute vie publique, un gouvernement tyrannique et ombrageux qui force de cacher sa vie et rejette toutes les affections du cœur du côté de l’intérieur de la famille. […] J’ai beaucoup étudié le Coran […] Je vous avoue que je suis sorti de cette étude avec la conviction qu’il y avait eu dans le monde, à tout prendre, peu de religions aussi funestes aux hommes que celle de Mahomet. Elle est, à mon sens, la principale cause de la décadence aujourd’hui si visible du monde musulman […] je la regarde comme une décadence plutôt que comme un progrès. »

    Mustapha Kémal (Atatürk - 1880-1938 - Fondateur de la République Turque) : "Depuis plus de cinq cents ans, […] les règles et les théories d’un vieux cheikh arabe, et les interprétations abusives de générations de prêtres crasseux et ignares ont fixé, en Turquie, tous les détails de la loi civile et criminelle. Elles ont réglé la forme de la Constitution, les moindres faits et gestes de la vie de chaque citoyen, sa nourriture, ses heures de veille et de sommeil, la coupe de ses vêtements, ce qu’il apprend à l’école, ses coutumes, ses habitudes et jusqu’à ses pensées les plus intimes. L’Islam, cette théologie absurde d’un Bédouin immoral, est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies".

    Chateaubriand (1768 – 1848) « Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet. »

    Cela fait 14 siècles que cette pseudo-religion sème la mort et la destruction (ex : dans le sous-contiment indien => 80 millions de morts).

    Quand l’Europe va se réveiller ?

  • "Société occidentale, méprisable car sans Dieu, décadente, matérialiste, une société où règne la débauche sexuelle, et où la spiritualité est réduite à une marchandise, est bien à détruire" : ça ne manque pas de souffle car le coran n’est jamais qu’une notice d’installation d’un lupanar.

    Dès la deuxième sourate, "dieu" parle des "menstrues" de la femme pour dire que si une une femme est "impropre à la consommation", il faut en trouver une autre ; Ouaahh, ça c’est un discours théologique !!!
    Le verset suivant, il (dieu) dit : 2-223 : "Vos épouses sont pour vous un champ de labour ; allez à votre champ comme [et quand] vous le voulez et œuvrez pour vous-mêmes à l’avance".
    Ce dieu, qui a créé la femme, considère qu’elle n’est jamais qu’une "chair à saucisse" ; "saucisse" au singulier parce que seul l’homme peut sauter d’autres femmes....

    Quand va-t-on ouvrir les yeux ?

  • Tant que les musulmans ne prendront pas les armes pour combattre leurs extrémistes je ne croirais pas à leur bonne volonté.

    Si ils en sont incapables ou empêchés rien ne leur interdit de dénoncer ces criminels !
    (sauf si par malheur la police et les élus étaient complices de leurs abominations, auquel cas c’est la 1ère position qu’il faut adopter)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.