Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > Les inégalités

Les nouveaux milliardaires, des rentiers ?
Jan Koum

Par Valérie Pascale,
le dimanche 26 octobre 2014

Leurs noms ne sont pas encore connus. Pourtant, cette année ils ont fait leur entrée dans la liste de ceux dont la fortune dépasse un milliard de dollars, tenue par Forbes. Qui sont ces nouveaux milliardaires américains ? Des rentiers, comme nous le laissent croire certains chercheurs ? La réponse en quelques chiffres, et un exemple de celui qui a réussi le plus, en s’installant directement en 61ème position de cette liste.

En 2014, les États-Unis comptent 50 nouveaux milliardaires, soit 492 au total contre 452 l’année précédente, selon les calculs de Forbes.
Contrairement à ce que nous laissent croire des économistes, obsédés par l’accroissement des inégalités, ces nouvelles fortunes ne sont pas des rentiers, qui profitent de la croissance, mais en très grande partie, ce sont des entrepreneurs qui ont réussi en créant une entreprise.

• Ainsi, 74% des nouveaux milliardaires sont de la première génération. Pour certains, il a fallu plusieurs années, voire des décennies de travail dur pour faire grandir l’entreprise qu’ils ont créée. Les autres ont eu une idée innovatrice et ont été récompensés pour le risque qu’ils avaient pris à devenir entrepreneurs.

• En tenant compte de quelques milliardaires, dont les parents avaient réussi en créant une entreprise, les nouveaux milliardaires sont à 89% issus de familles avec des grands-parents pauvres ou peu fortunés (résultat que nous avons déjà démontré pour les plus grandes fortunes de la liste Forbes).

Nous commençons une série d’articles sur les milliardaires, qui ont fait pour la première fois leur apparition dans la liste Forbes, pour montrer comment ces personnes sont devenues entrepreneurs et ont créé la richesse.

Jan Koum, 38 ans, créateur de WhatsApp

Né en Ukraine, Jan Koum déménage aux États-Unis avec sa mère à l’âge de 16 ans. Ils obtiennent un petit appartement grâce au programme de logement social à Mountain View en Californie. Sa mère travaille en tant que baby-sitter, alors que Jan fait le ménage dans une épicerie de la ville.

Passionné de l’informatique, il l’apprend en autodidacte et entre à l’université de San Jose. En parallèle, il commence à travailler chez Ernst & Young en tant que consultant en sécurité. Il travaille notamment pour le compte de Yahoo, et se fait ensuite embaucher par cette entreprise, où il reste pendant neuf ans comme ingénieur de l’infrastructure et de la sécurité.

En 2007, Koum quitte Yahoo et part en voyage en Amérique du Sud pour un an. En rentrant, il postule pour un poste chez Facebook, mais sa candidature est refusée. En 2009, il achète son premier iPhone et est impressionné par les opportunités d’Apple Store, le magasin en ligne d’Apple, où chacun peut promouvoir les logiciels qu’il a lui-même créés. Cette même année, Koum crée WhatsApp, l’entreprise qui va le rendre milliardaire, après son rachat par Facebook en février 2014 pour 19 milliards de dollars.

WhatsApp est une messagerie instantanée, qui est censée remplacer les messages SMS des opérateurs mobiles. Elle fonctionne sur tous les téléphones portables dotés d’une connexion Internet. Ce service fonctionne sur le même principe qu’un SMS, mais propose un coût très faible (gratuit la première année, puis 1 dollar par an).

Peu connu en France, WhatsApp compte plus de 500 millions d’utilisateurs dans le monde. Cela s’explique par le fait que dans la plupart des pays, les SMS ne sont pas gratuits et illimités comme en France. Les opérateurs mobiles français sont en effet parmi les rares opérateurs à proposer les SMS inclus dans les forfaits en dessous de 20 euros par mois, au lieu de les facturer à l’unité (comme cela reste toujours le cas pour les SMS à destination de l’étranger).

Même si l’Inde, le Brésil et d’autres pays en voie de développement, où les technologies 2G restent toujours très répandues, comptent le plus d’utilisateurs WhatsApp, les pays d’Europe sont aussi en train de s’habituer à ce service. En France, seulement 14% des smartphones sont équipés du logiciel WhatsApp, contre 97% en Espagne, 84% en Allemagne, 83% aux Pays-Bas ou 69% en Italie.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.