Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Edito

Les cuisines de l’Alsthom
Alstom : originellement Als-Thom, puis Alsthom en 1932, puis Alsthom Atlantique en 1976, puis Gec-Alsthom en 1989 et Alstom depuis 1998 (Source : Wikipédia)

Par Bernard Zimmern,
le dimanche 4 mai 2014

Ayant eu le privilège de remplacer le chauffeur du Préfet de Belfort, un jour où il était malade, pour conduire le Préfet à une visite officielle de l’Alsthom, et ayant eu la surprise de me faire offrir d’aller aux cuisines (je portais la casquette de chauffeur) au lieu de suivre le cortège officiel qui intéressait beaucoup plus l’ingénieur que j’étais resté, je ne peux qu’être sensible à la contraction de ce qui fut une gloire française de la mécanique et de l’électromécanique.

À notre désespérance, Il faudrait aussi ajouter le départ pour la Suisse de Lafarge, la reprise d’une partie de Peugeot par les Chinois, etc. ; nous pouvons tous pleurer sur ce qui apparaît comme un autre recul de notre pays.

Mais nous pourrions aussi célébrer à l’inverse, des succès mondiaux comme ceux de Pernod-Ricard, second mondial dans les spiritueux ; Vallourec, l’un des premiers mondiaux dans les aciers spéciaux et notamment les tubes pour le fracking ; Technip, devenu un géant de l’engineering, notamment dans la liquéfaction du gaz naturel, etc.

Nous pourrions nous interroger sur le droit de l’État français à intervenir lorsque l’on voit les échecs de l’État hors de ses domaines de souveraineté.

Nous pourrions surtout nous dire que nous sommes en face d’un processus du vivant, analogue à celui d’une forêt où les grands arbres finissent toujours par tomber et où ce qui compte ce sont les nouvelles pousses qui feront la futaie de demain.

Il ne faudrait pas que l’appel à la fibre nationale cache une autre bataille, autrement plus importante, et dont aucun media ne parle : le renouvellement famélique de nos jeunes pousses, l’étouffement de l’innovation en France par l’étranglement des start-up par l’État.

Il faudrait que nos médias aient le courage de rappeler que nous prenons chaque année de 100.00 à 200.000 emplois de retard sur les Britanniques et les Allemands, que nous avons déjà 5 à 7 millions d’emplois marchands de retard, qui sont la cause la plus importante du fardeau fiscal supporté par les entreprises qui restent, que nous ne créons plus les grandes entreprises de demain parce que Bercy a banni l’investissement dans nos créations d’entreprises à travers les seuls qui financent efficacement : les Business Angels.

Mais cette information est-elle moins intéressante que la visite des cuisines de l’Alsthom ?

Messages

  • la France est minee par les syndicats et les droits"zakis"
    la fonction publique est couteuse
    elle devrait etre dans le domaine regalien
    le reste devrait releve du droit prive (exemple les profs en suisse !!)
    enfin nos politiques diplomes mais imbus de leur puissance politique ne savent pas grans chose de la vraie vie
    on voit attali bavasser depuis qu’il a 20 ans à l’oreille de tous/il a cautionner les 35h, il est riche de ses conseils et en france on s enfonce
    que faire
    changer !mais certains ne lachent pas leurs rentes( mme hidalgo retraitee à 52 ans !!!quel exemple !!!!)
    courage
    faites vous entendre !!!!!!
    on vous soutient

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.