Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Nos combats > Philanthropie

Le poids des fondations politiques allemandes

Par Bernard Zimmern,
le dimanche 6 mars 2016

Si l’Allemagne a une longue tradition de fondations, les premières datant d’il y a 500 ans, elle a connu « une renaissance » des fondations après la deuxième guerre mondiale. Des évènements tels que l’hyperinflation en 1923, le régime nazi et la division de l’Allemagne en deux, ont ralenti la création des fondations. Cependant, les fondations ont connu une croissance sans précèdent depuis le début des années 1990.

Spécialiste allemand des fondations, Helmut Anheier explique dans son livre « The Politics of Foundations, a comparative analysis » que ceci est dû au fait que les Allemands ont mis en question le pouvoir régulateur de l’Etat. En d’autres termes, l’Etat ainsi que le marché peuvent être défaillants et la société civile, les organismes non-étatiques constituent désormais une alternative. Cela a en fait procédé de la même logique qu’aux Etats-Unis où - comme l’explique Marvin Olasky dans « The Tragedy of American Compassion » - la constitution des fondations représente une contestation vis-à-vis de l’Etat providence.

L’une des curiosités allemande est le rôle des fondations politiques sur lesquelles on concentre le regard aujourd’hui.

Les fondations politiques allemandes, ou les agents de la politique extérieure

Il existe six fondations principales rattachées aux partis politiques.

• La Konrad Adenauer Stiftung (CDU)
• La Friedrich-Ebert (SPD)
• La Friedrich Nauman (FDP)
• La Hans Seidel (CSU)
• La Heinrich Böll (Bündins 90/ Grüne)
• La Rosa Luxemburg (PDS)

Les deux plus grandes fondations, Konrad Adenauer et Friedrich Ebert Stiftung, disposent d’environ 100 millions euros par an. De l’ordre de 50% de ces fonds sont consacrés à la coopération internationale. Contrairement aux fondations politiques françaises, les fondations allemandes jouent surtout un rôle important dans la politique extérieure.

Il semble que sur le plan national, les fondations politiques allemandes aient surtout le rôle d’octroyer des bourses. A titre d’exemple, la Friedrich Ebert Stiftung octroie 15.000 bourses par an.

1.500 personnes sont employées à plein temps au sein de ces fondations. Les fondations Adenauer et Ebert disposent chacune d’une soixantaine de bureaux et mènent des projets dans plus de cent pays. En revanche, les fondations politiques françaises, à l’instar de la Fondation Jean-Jaurès, la Fondation Fondapol ou la Fondation Gabriel Péri, n’ont qu’un budget annuel de 2 millions euros.

L’ancien président d’Allemagne, Roman Herzog, qualifie les fondations allemandes d’outils puissants permettant une diplomatie parallèle. Cette « diplomatie parallèle » est née dans le contexte de la guerre froide lorsque la souveraineté de la République fédérale a été limitée et les dirigeants allemands obligés de s’appuyer sur des instruments nouveaux afin de promouvoir la politique extérieure de l’Allemagne.

D’où vient le financement ?

Les fondations politiques allemandes sont à 96% financées par les fonds publics. Ce sont notamment le ministère de l’Intérieur, le ministère des Affaires Etrangères, le ministère de l’Environnement et le ministère de la Coopération et du Développement économique qui financent en grande partie les fondations affiliées aux partis politiques allemands. Si les fondations allemandes sont proches des partis politiques, elles ont cependant un statut juridique distinct. Il est à noter que les budgets octroyés aux fondations politiques ont presque doublé en 10 ans : en 2000 le budget total s’élevait à 295 millions d’euros, il s’élève en 2014 à 466 millions d’euros [1].

Le tableau ci-dessous donne le financement (en millions) des fondations selon les ministères

Le Ministère La Somme
Ministère pour la coopération économique 254,4
Ministère de l’Intérieur 116
Ministère de l’environnement 80,7
Ministère des Affaires Etrangères 17,2

Quelques exemples du rôle des fondations allemandes

D’après l’article « Foreign Political Aid : The German Political Foundations and their US Counterparts » de Michael Pinto-Duschinsky, conseiller au sein du Think tank Policy Exchange de David Cameron, les fondations allemandes ont par exemple joué un rôle important dans la transition à la démocratie au Portugal et en Espagne dans les années 1970 et au Chili à la fin des années 1980.
Notamment la fondation Friedrich Ebert Stiftung qui est affiliée au parti de gauche SPD, a travaillé au Chili avec les syndicats anti-communistes en Amérique Latine.

En conclusion, contrairement aux fondations françaises, voire américaines, les fondations politiques allemandes constituent un outil puissant pour la politique extérieure de l’Allemagne. Si le pouvoir des fondations politiques françaises est limité en termes de relations internationales, les allemandes ont réussi à créer un véritable outil d’influence internationale.
 ?

Bibliographie

• Anheier H., “The Politics of Foundations : A Comparative Analysis”, 2006, Routledge Research in Comparative Politics, 1st Edition
• Joanin P., « Les fondations politiques allemandes, acteurs spécifiques de la politique étrangère », 2003, La Fondation Robert Schuman
• Pinto-Duschinsky M., “Foreign Political Aid : The German Political Foundations and Their US Counterparts”, International Affairs (Royal Institute of International Affairs 1944-), Vol. 67, No. 1 (Jan., 1991), pp. 33-63


[1Bemerkungen 2012 zur Haushalts- und Wirtschaftsführung des Bundes. (PDF ; 5,9 MB) Bundesrechnungshof
Hochspringen

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.