Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses > La fuite sociale

Jungle du budget social

Par Valérie Pascale,
le mercredi 2 octobre 2013

Nous avons noté comment la dépense sociale est devenue la première cause de la dépense publique. À l’heure actuelle, elle en engloutit près de la moitié.
Comment contenir ou réduire la dépense sociale devient le principal problème de la politique publique, car, par comparaison, le budget de l’État est relativement sous contrôle.

Tous les plans de réduction de la dépense sociale sont, jusqu’à présent, des constructions cartésiennes, où la réduction découle d’un calcul qu’on pourra qualifier d’engineering de la dépense publique.

Mais ces calculs ne semblent pas avoir pris en compte la complexité de cette dépense, qui rend extrêmement difficile d’extraire des aiguilles de la botte de foin.

Il est intéressant de consulter le graphique ci-dessous, qui est en effet un graph « simplifié » de la relation dépenses-recettes.

Source : Bilan des relations financières entre l’État et la protection sociale, 2013.

Ce graphique fait clairement apparaître qu’un petit nombre d’experts sont seuls capables de s’orienter dans la jungle, que le ministère des Finances a fait exploser sous le chapitre dépense sociale, la partie la plus importante de la dépense publique.

Ceci rappelle la jungle du financement des collectivités locales, où seulement 25% des dépenses sont directement payées par le contribuable, les autres 75% par une infinité d’autres rentrées.

Ceci assure à quelques fonctionnaires des ministères de l’Intérieur et des Finances, le monopole quasi-absolu d’entrée dans ce territoire.

Il semblerait que la manœuvre ait réussi au niveau des dépenses sociales, et l’on voit mal comment les gouvernements futurs pourront redresser la dépense publique sans remettre les dépenses sociales et leur financement complétement à plat.

Messages

  • Les projets de reduction des depenses ne portent jamais sur les "ayant droit" : on considere qu’ils sont inamovibles alors que les citoyens savent bien qu’il y a des abus et des tricheurs : ceux qui utilisent les cartes vital des autres, les plus que centenaires algeriens qui ne meurent jamais et continuent a toucher indefiniment une retraite etc.... etc...Plus tous les immigrés clandestins que l’on trouve normal de soigner gratuitement, plus la seccurité sociale algerienne qui ne paye pas ses dettes a notre secu, etc...
    Merci de faire une évaluation des economies qui seraient a faire a ces divers titres
    Cordialement
    Claude sicard

  • Cela a en effet l’air d’être très compliqué

    Mettre des titre aux différentes colonnes et pavés ainsi que la traduction des abréviations pourrait, surtout si on ajoutait les masses financières commencer à se faire une idée ?

    Faisable ?

  • Si encore ça ne bénéficiait qu’aux français.......

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.