Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Libres propos

Interdire tout recrutement de fonctionnaire avant 53 ans
Quelques arguments forts pour justifier cette proposition

Par Jean-Michel Y.,
le dimanche 22 février 2015

Aujourd’hui l’Etat "confisque" aux forces vives du pays ses éléments les plus brillants pour en faire des fonctionnaires, à un âge auquel ils sont les plus créatifs et les plus dynamiques pour innover, créer des entreprises, partir à la conquête des marchés étrangers. L’aspect le plus symbolique en est sans doute que les trois plus prestigieuses grandes écoles françaises sont trois écoles de fonctionnaires : l’X, l’ENA et Normale Sup.

Second grave inconvénient de ce système : les jeunes et "brillants" fonctionnaires, avec des âmes de "Robin des bois", dévorés par l’ambition de refaire le monde (bien légitime à cet âge et au vu de leurs succès intellectuels), sont totalement ignorants de la vraie vie (une étude de l’IRDEME a montré que parmi les 100 plus hauts postes de direction de Bercy, seuls 2 avaient déjà travaillé dans une entreprise ! situation unique au monde.
Il ne faut donc pas s’étonner du caractère aussi sophistiqué que kafkaïen des règlementations dans lesquelles nos entreprises essaient de survivre. Ces recrutements hyper sélectifs entraînent une surqualification, génératrice d’aigreurs et de carrières bloquées et beaucoup trop longues, avec des fonctionnaires d’autorité ne connaissant rien à la vie et formés (déformés ?) par la "vie de cour" (j’ai malheureusement, combien de fois, participé à des réunions à Matignon ou les "Rastignac" dont les dents rayent le parquet, excellaient dans des luttes visant à pousser la carrière de leurs ministres sans jamais penser véritablement à l’avenir du pays.

Troisième inconvénient : l’extrême rigidité de la fonction publique : embauché à 20 ans, non-licenciable. Lorsque l’on embauche, c’est en fait un investissement sur 45 ans, soit un engagement de 4,5 millions d’euros qui devrait être provisionné !... avec le manque de flexibilité que cela entraîne sur une très longue durée alors que sur de telles périodes les besoins et les priorités de l’Etat évoluent.

... Et cette réforme donnerait des carrières plus courtes, donc une souplesse dans la gestion de l’Etat : une embauche à 53 ans diviserait par 4 ce facteur de rigidité dans la gestion des effectifs.

A l’inverse, deux avantages significatifs d’un recrutement après 53 ans :

Embauchés à 53 ans on aurait des fonctionnaires moins "géniaux", moins imbus d’eux-mêmes, matures, avec du plomb dans la cervelle et du bon sens. Rentrer dans la fonction publique à 53 ans impliquerait une vraie expérience vécue, et donc un minimum d’humilité, ce qui manque tant à notre fonction publique. L’âge conduit en général à privilégier pragmatisme, sens de l’écoute et bon sens sur l’ambition dévorante et l’idéalisme conceptuel.

Enfin, 53 ans c’est l’âge où il y a plus de cadres en inactivité que de cadres en activité dans notre pays, et cela contribuerait sans doute à remédier à cet immense gâchis que nous ne pouvons que constater, tout en libérant dans le même temps l’énergie des jeunes les plus brillants dont nos entreprises ont tant besoin. En même temps, sur le plan budgétaire, payer comme fonctionnaire un cadre aujourd’hui ou le payer par l’assurance chômage, ou par une préretraite, ne représenterait qu’un surcoût marginal minime pour la collectivité.

En 1980 j’avais convaincu notre regretté ministre André Giraud de lancer une expérimentation dans ce domaine avec le programme "recrutement de 100 cadres expérimentés" dans les directions régionales de l’industrie, de la recherche et de l’environnement et ce fut sur tous ces plans un grand succès : plusieurs de ces cadres étaient moins payés que ce qu’ils touchaient au chômage, mais pour autant ils se "défonçaient" très efficacement dans leur nouveau job et étaient heureux car ils avaient retrouvé leur dignité.

Bien entendu certains postes ne pourraient pas être ainsi pourvus, mais y en aurait-il vraiment tant que cela ?

Messages

  • C'est une bonne idée ! Mais vous avez surement relevé un chiffre qui vient de sortir : la masse salariale de l'état (collectivités locales comprises) a augmenté de 6 % en 2014 ! Les commentateurs l'expliquent par un phénomène ponctuel : c'est l'effet élections, nous disent ils... Quand va t on vraiment baisser la dépense publique ?

  • c'est effectivement vrai, notre système d'embauche national est en inadéquation avec l'évolution de notre société. Un fonctionnaire de carrière nous coûte 30 ans d' année d'investissement, imaginant 100 000 fonctionnaires, c'est ralentir notre économie de 30 ans.... Plus d'investissement à moyen et long terme....plus d'avantage pour les départ volontaire ou les retraités......de plus avec l'arrivée des immigrants potentiel....c'est assez complexe de trouver des fonds pour le fonctionnement de l'administration....Il est nécessaire de revoir la grille de rémunération de chaque employés.

  • C'est effectivement une mesure de bon sens...on pourrait dans dans un premier temps supprimer la limite d'âge de 26 ans aux concours administratifs, ne les ouvrir qu'à ceux qui ont un minimum d'expérience....en entreprise, bien sur.
    Un quota de 50% de recrutement de fonctionnaires au delà de 50 ans paraît devoir s'imposer et règlerait en grande partie le problème du chômage de longue durée des seniors....

    Quand aux grandes écoles, changeons leur mode de fonctionnement , elles pourraient fonctionner uniquement par apprentissage, ce qui permettrait à nos jeunes diplômés futurs membres des cabinets ministériels d'avoir un minimum de connaissances de la "vraie vie" ..

    Osons aller plus loin , le contrat à vie qu'est un cdi est aujourd'hui-hui totalement déséquilibré...puisque l'employeur a des obligations indéfinies alors même que le salarié peut partir à tout moment....allons vers un contrat unique , un cdd dont la durée peut aller jusqu'a sept ans maximum. Qui s'engagerait aujourd'hui sur une durée plus longue ? En outre tout le monde sait le bénéfice personnel d'une remise en cause régulière qui permet de progresser ....

    Ce système pourrait aussi s'appliquer progressivement dans la fonction publique, toutes les nouvelles embauches devraient utiliser ce système, revenant ainsi à une égalité de traitement public -prive qui remettrait tout le monde dans une égalité source de consensus et de dynamique pour tous.

  • Il faut avoir été face à ces jeunes loups pour comprendre combien vous avez raison.

    Les jeunes, supposés malléables et prêts à travailler sans compter, semblent gratifiants pour ceux qui poursuivent des objectifs à court terme non avoués. Malheureusement, ils ne connaissent pas les limites et n’ont pas de repères pour les trouver tout seuls. Ils font de dégâts qu’ils regrettent souvent … après 53 ans !

  • Votre suggestion de réforme, qui apparemment vous tient à cœur depuis longtemps puisque vous l'avez proposé en 1980 au Ministre de l'Industrie de l'époque, est marqué au coin du bon sens et serait certainement très populaire (sauf peut-être dans la caste de la très haute fonction publique) car quel acteur de la vie économique privée ne s'est plaint pas de l'activisme pervers des faiseurs de règlementation publique. Quel dommage que M. Macron n'ait pas osé proposer une nouvelle expérimentation de plus grande ampleur du style que vous avez préconisé, avec par exemple 1.000 recrutements de cadres expérimentés du privé pour de vrais emplois publics en remplacement de cadre partant à la retraite dans des postes méritant par leur importance de recevoir des successeurs !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.