Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Nos combats > Emploi et chômage

Entreprises sans salariés, insignifiantes pour l’économie

Par Valérie Pascale,
le dimanche 22 juin 2014

La plupart des entreprises dans l’économie n’ont aucun salarié. Bien qu’il soit évident que ce ne sont pas elles qui vont nous faire sortir du chômage puisqu’elles ne créent pas d’emplois, à notre grande surprise leur chiffre d’affaires est incroyablement faible par rapport à l’ensemble de l’économie.

Jusque-là, nous ne connaissions pas grand-chose sur les entreprises sans salariés. Ce phénomène a été appelé le nonemployer puzzle [1] aux États-Unis, où le nombre d’entreprises sans salariés a véritablement explosé au cours des vingt dernières années en passant de 15 à plus de 22 millions d’entreprises qui n’emploient aucun salarié.

En France, on parle de 2,4 millions d’entreprises sans salariés. Leur nombre a pratiquement doublé depuis 2003, première année pour laquelle les données de l’INSEE sont disponibles, où elles n’étaient que 1,4 million.

Le tableau suivant représente la part des entreprises sans et avec salariés dans l’ensemble des entreprises existantes en France ou aux États-Unis.

En France, les entreprises sans salariés représentent 67% dans l’ensemble des entreprises, soit 2,4 millions sur 3,6 millions d’entreprises françaises en 2012 [2] La part d’entreprises sans salariés est encore beaucoup plus importante en Amérique, qui se caractérise comme étant une économie particulièrement dynamique, où elles sont plus de 21 millions sur 28 millions d’entreprises américaines, soit près de 80% de l’ensemble des entreprises. [3]

Bien qu’elles soient très nombreuses, les entreprises sans salariés ont très peu d’intérêt pour l’économie en raison de leur faible capacité de générer des bénéfices et ainsi de contribuer à la croissance économique. Comme le montre le tableau ci-dessous, le chiffre d’affaires des entreprises sans salariés est extrêmement faible par rapport à l’ensemble des entreprises.

Aux États-Unis, le chiffre d’affaires des entreprises sans salariés ne représente que 3,5% de l’ensemble des entreprises. Pour la France, seules les données pour les microentreprises, c’est-à-dire les entreprises occupant moins de 10 personnes, sont dévoilées par l’ISNEE et tiennent compte des entreprises sans salariés. Un examen rapide de la répartition des chiffres d’affaires des entreprises américaines selon leur taille permet de conclure que cette répartition semble pratiquement identique à la répartition des chiffres d’affaires pour l’économie française, où les entreprises de plus de 10 salariés génèrent plus de 85% des chiffres d’affaires.

Ainsi la conclusion faite par l’organisme statistique américain Census nous semble remarquable et nous souhaitons la transmettre à tous les chercheurs de l’INSEE, qui continuent à tenir compte des entreprises sans salariés dans toutes leurs études, ce qui rend ces dernières extrêmement biaisées :

The majority of all business establishments in the United States are nonemployers, yet these firms average less than 4 percent of all sales and receipts nationally. Due to their small economic impact, these firms are excluded from most other Census Bureau business statistics.


[2Unités légales selon le nombre de salariés et l’activité en 2012, INSEE. http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&ref_id=nattef09203%C2

[3Statistics about Business Size (Employers and Nonemployers) from the U.S. Census Bureau. https://www.census.gov/econ/smallbus.html

Messages

  • Ingénieur dans l’industrie, j’ai, à la suite d’un licenciement, monté mon entreprise-sans-salarié à 56 ans.
    Autrefois, on aurait dit "se mettre à son compte" pour retrouver liberté et initiative hors du cadre salarial relativement contraignant. En 1993, j’ai pu ainsi poursuivre mon métier dans une dizaine d’entreprises qui ont trouvé avantage à m’employer sans gréver leur budget du coût d’un ingénieur à temps plein.
    Que l’INSEE y voit une entreprise n’a évidemment pas de sens. Mon statut de gérant de SARL qui avait pour but premier d’échapper au chômage, était plus près de celui de VRP que de celui d’entrepreneur.
    Aujourd’hui, alors que la pénurie d’entreprises oblige l’Etat à s’en occuper, il fait feu de tout bois et, à l’INSEE comme d’ailleurs au fisc, traite une SARL de famille comme une multinationale.
    Cet Etat aux abois qui, inexpérimenté en la matière, prétend régenter l’économie n’en n’est pas à une absurdité ni à une malhonnêteté intellectuelle près.

  • Le rôle d'une entreprise est de créer de la valeur et de la richesse, pas de l'emploi. Bien sûr si une entreprise peut recruter, elle le fera. Mais pour cela il faudra que l'État créé un climat dans lequel on ait envie d'embaucher...

  • Bonjour,
    J’ai pas mal cherché avant de trouver ma réponse dans votre article. A savoir combien d’entreprises unipersonnelles ( 0 salarié ) il y a en France. Vous avez très bien analyser l’importance sociales et économique de ce chiffre. Je me suis donc inscrit à votre News Letter.
    Sincères salutations
    Eric du Petit Thouars
    www.gerer-ma-petite-entreprise.com

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.