Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les obstacles

Énarques : recherche emplois pour stock excédentaire

Par Dominique Mercier,
le samedi 20 septembre 2014

Malgré la réduction du nombre d’étudiants admis annuellement à l’ENA, les énarques continuent de « déborder » dans l’administration.

Créé en 1945 par le général de Gaulle, l’ENA a généré chaque année depuis cette date entre 100 et 160 nouveaux énarques annuels, pour un stock atteignant aujourd’hui 4.300 anciens élèves en activité, avec environ 20% d’entre eux dans le secteur privé.

Jusque dans les années 2000 environ, date à laquelle leur nombre s’est stabilisé voire a diminué, ils ont augmenté presque continûment. C’était avant que l’ENA se rende compte que leur nombre excédait largement les besoins de l’administration et qu’elle décide de réduire drastiquement la taille des promotions. Ainsi qu’en atteste le graphique suivant, le nombre annuel d’élèves admis à l’ENA a diminué de près de la moitié en 10 ans, passant de 140 élèves en 2002 à 80 en 2012.

Si cette diminution est une bonne nouvelle, elle intervient néanmoins trop tard. L’examen des annuaires de l’ENA montre toujours un véritable « débordement » des énarques.

L’exemple de la santé : un secteur révélateur

S’il est un domaine où le nombre d’énarques a particulièrement augmenté ces dernières années, c’est celui de la santé, soit une augmentation d’environ 40% entre 1999 et 2012, que l’on prenne ce secteur santé exclusivement (on passe d’une soixantaine d’énarques à près de quatre-vingt-dix) ou qu’on prenne celui plus large des affaires sociales. C’est entre autres dans ce secteur qu’ont proliféré les postes d’énarques, se répartissant en directions, sous-directions, bureaux, agences, missions, comités en tous genres. Pour chacune de ces entités, un ou plusieurs énarques sont nommés à des postes de direction. Ce qui est frappant c’est, d’une part l’augmentation numérique, mais surtout, le faible intérêt, voire l’inutilité ou la redondance des services ou organismes où travaillent ces énarques. En voici ne serait-ce qu’un tout petit aperçu :

Observatoires :
- Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale
- Comité d’histoire de la Sécurité sociale
- Observatoire national des emplois et des métiers de la fonction publique hospitalière

Coopération internationale :
- Groupement d’intérêt public pour le développement de l’assistance technique et de la coopération Internationale
- Agence pour le développement et la coordination des relations internationales
- Santé protection sociale internationale
- Centre des liaisons européennes et internationales de Sécurité sociale

Veille sanitaire :
- Agence nationale de sécurité sanitaire
- Institut national de veille sanitaire
- Établissement de préparation et de réponse aux urgences sanitaires
- Mission coordination et gestion risques de maladie
- Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Instituts et comités  :
- Comité économique des produits de santé
- Institut national de la santé et de la recherche médicale
- Institut des hautes études de protection sociale
- École nationale supérieure de Sécurité sociale
- École des hautes études en santé publique

Pour donner une idée plus exhaustive de la jungle des administrations dans la santé et les affaires sociales, nous reproduisons également ci-dessous les organigrammes des cinq directions, du secrétariat général et de l’Inspection des affaires sociales, c’est-à-dire les sept principaux ensembles dépendant du ministère de la Santé et des Affaires Sociales.

Sur ces organigrammes apparaissent seulement les postes hiérarchiques où les énarques ont ou peuvent atterrir [1]. Mais les organigrammes sont tellement foisonnants qu’on n’arrive même pas à les lire.

DIRECTION GÉNÉRALE DE LA SANTÉ

DIRECTION GÉNÉRALE DE L’OFFRE DE SOINS

DIRECTION DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE

DIRECTION DE LA RECHERCHE, DES ÉTUDES, DE L’ÉVALUATION ET DES STATISTIQUES

DIRECTION DES SYSTÈMES D’INFORMATION

DIRECTION DES FINANCES, DES ACHATS ET DES SERVICES

DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES

INSPECTION GÉNÉRALE DES AFFAIRES SOCIALES


[1C’est-à-dire jusqu’au grade le plus faible de chef de bureau.

Messages

  • Ahurissant, sidérant, effarant, pathétique, effrayant, inimaginable même dans l’univers du plus fou des rois UBU.
    Merci de nous ouvrir les yeux sur la réalité que vous décrivez mais peut-on seulement espérer que ceux qui pourraient changer quelque chose à ce bric à brac d’emplois probablement inutiles et certanement ruineux pour les finances publiques, liront votre article et surtout dénonceront cette situation pour faire changer les choses, quitte à perdre leur emploi douillet mais parasite ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.