Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Les impasses

Emploi 2002-2012 : l’échec de la droite

Par Bernard Zimmern,
le lundi 1er octobre 2012

Lorsque la droite revient au pouvoir en 2002 après 5 ans de ministère Jospin, l’emploi en France n’est pas en très bonne santé : certes, de mars 1997 à mars 2001, sous Jospin, le nombre de demandeurs d’emploi a chuté d’environ 800.000 et les emplois de 1.500.000, 700.000 inactifs revenant sur le marché du travail. Les chiffres officiels indiquent que sur les 1.500.000, 810.000 proviennent du « traitement administratif du chômage » : embauches dans la fonction publique, RTT, chômeurs gommés des listes. Mais il y a seulement 690.000 emplois créés dans le secteur privé malgré une expansion internationale qui ne se reverra plus. Et 1.500.000 emplois en 4 ans, cela veut dire 1,7% par an à comparer avec 2,5% par an aux USA et beaucoup plus dans les pays comme l’Espagne ou les Pays-Bas.

Et Lionel Jospin laisse derrière lui, malgré les 35 heures, ou peut-être à cause des 35 heures, un taux d’emploi très mauvais. Le taux d’emploi est le rapport du nombre de Français qui ont un emploi sur le total de ceux qui sont en âge de travailler, de 15 à 65 ans. Avec 64%, il est en-dessous des 65% de l’Allemagne qui est encore en train d’intégrer l’Allemagne de l’Est, et très loin derrière le Royaume-Uni à 71,4% ou la Suisse à 77%.

Après 10 années de droite au pouvoir, ce taux d’emploi français n’a pourtant pas changé : nous sommes toujours aussi mauvais, à 63,8% en 2011 tandis que le Royaume-Uni, malgré la crise financière qui ébranle la City, est à 69,5 %, l’Allemagne à 72,5% et la Suisse à 79,4%.
Et ceci mesure l’emploi total, y compris les emplois dans la fonction publique que la France continue d’augmenter alors que l’Allemagne les a réduits de 30%.
Sans les emplois publics et en ramenant toutes les populations à celle de la France de 63 millions, on trouve le graphique suivant :

Emploi marchand - Comparatif France, Allemange, UK

En clair, là où 1 Allemand du secteur privé nourrit 2,3 personnes, le Français doit en nourrir 3.
Et l’on veut que le prix de notre main-d’œuvre soit compétitif ?

Pourtant, comme la gauche, la droite a tout essayé pour créer des emplois…sauf ce qui marche chez nos voisins.

Trop apeurée par la gauche d’utiliser la seule création d’emplois qui marche, celle qui associe les « riches », la droite va se réfugier dans les chimères de gauche que sont la politique industrielle, l’État en charge de créer des entreprises et des emplois, et l’emploi social, faire créer des entreprises par les chômeurs : des échecs qui vont coûter très cher au budget.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.