Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Edito

Derrière le matraquage médiatique

Par Bernard Zimmern,
le dimanche 26 février 2017

La semaine du 18 au 25 février a été remarquable par le matraquage médiatique en faveur d’Emmanuel Macron.

Cela a d’abord été le ralliement d’une des plus vieilles putains de la république, François Bayrou, à Emmanuel Macron avec les caméras qui les attendaient à la sortie du restaurant Tokyo. Aucune chaîne n’a fait le parallèle avec le scandale qui a accompagné Nicolas Sarkozy à sa sortie du Fouquet’s. Mais toutes se congratulaient sur ce ralliement, qui, dans les termes de BFM TV, était un tournant dans la campagne électorale. Crédité d’un peu de moins de 5 % des voix, Bayrou allait donner à Macron l’avantage sur Fillon lui permettant de se trouver au deuxième tour avec Marine Le Pen.

Le deuxième épisode s’est déroulé le vendredi 24 au soir pendant le discours de François Fillon à Maisons-Alfort. C’est le moment choisi par le parquet financier pour annoncer qu’il avait nommé trois magistrats instructeurs pour poursuivre l’enquête Fillon.

Ce qui était remarquable, ce n’était pas l’absence de chaîne rappelant que le parquet financier était incompétent et que seule une commission de l’Assemblée nationale avait pouvoir d’enquêter en vertu de la séparation des pouvoirs judiciaires et législatifs.

Ce qui était remarquable, c’était de voir une chaîne qui, en principe, n’est pas socialiste, BFM TV, afficher sur son écran la vidéo de François Fillon en train de discourir mais sans diffuser le son, seulement la voix de commentateurs s’interrogeant sur la décision du parquet. Et, en bas de l’écran titré « direct », en gros caractères, « FILLON : 3 JUGES D’INSTRUCTION NOMMÉS ».

Il ne faisait d’ailleurs pas de doute à écouter des commentateurs que la culpabilité était acquise et que la seule question restante était de savoir son impact sur les électeurs.

Sur le plan matraquage publicitaire, tout y était, le message subliminal que la cause était perdue, l’affiche permanente en bas de l’écran pour diffuser non pas le message de l’orateur mais sa mise en accusation judiciaire.

C’est certes l’attaque médiatique que l’on pouvait attendre de télévisions publiques comme France 2 mais étonnante de la part d’une télévision que l’on pouvait prendre objective comme BFM TV.

Un lien avec le rachat de BFM TV par Patrick Drahi, un Franco-suisse-marocain propriétaire d’ALTICE, une société incorporée au Luxembourg, Drahi auquel Arnaud Montebourg, ministre de l’industrie avait refusé le rachat de la société SFR, achat accordé par Emmanuel Macon par décret dès qu’il a remplacé Montebourg, en évinçant Bouygues ?

Messages

  • Non, je n’ai pas aimé cet article. Sur un sujet qui m’est familier, car je m’efforce de rester informé.
    Il n’est pas indispensable de se montrer excessif sur ce type de questions dans le contexte IFRAP.
    On est voisin du mélange déplaisant de certains torchons avec certaines serviettes.
    Je soutiens l’IFRAP depuis plusieurs années, je n’entends pas (encore ?) cesser, je lis avec intérêt (la plupart) les analyses...

    Mais ce texte me choque, émanant d’IFRAP, dans sa forme surtout, sur son fond un peu.

    P-S : BZ a fait du bon boulot depuis 40 ans, il reste de bonne volonté, je ne lui en veux pas trop pour cette harangue.

  • mon cher bernard,
    même si je n’ai guère d’estime pour F BAYROU , le qualificatif de putain dans un commentaire qui se veut objectif me semble détonner - pas déconner- Emploi 2017 me semble dériver vers un engagement partisan et nuisible à la qualité de ses analyses passées. Partisan de Fillon, je le suis aussi mais ça ne justifie pas l’insulte....
    en toute amitié

  • Vos propos me troublent, ils discréditent ce site et l’IFRAP, vous discréditent, je croyais que ce type de discours était réservé aux admirateurs du FN. Vous devriez peut être abandonner la plume, à moins de vouloir seulement laisser dans nos mémoires la caricature d’une groupie comme on peut en voir dans les meeting politique.
    Vous avez atteint les limites du supportable, je n’aurai plus de plaisir à vous lire, l’admiration a laissé la place au dégout et je n’ai de respect que pour votre grand âge.

  • Merci pour cet article qui, je l’espère, permettra à certains d’ouvrir les yeux...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.