Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Edito

Comment l’affaire Fillon démasque la propagande

Par Bernard Zimmern,
le dimanche 5 février 2017

François Fillon, tenez bon

Ne croyez pas une seconde les sondages dont les médias nous inondent : ils avaient prévu la victoire d’Hillary Clinton, haut la main, et c’est Trump qui a très largement gagné.

Quand toute la presse annonce que l’on vous cherche un remplacement, que les députés des Républicains vont perdre leur siège si vous restez, que voulez-vous qu’un interviewé réponde ?

Les Français sont convaincus que ces attaques sont ridicules. Les messages que nous recevons sont :

- Nous n’avons pas oublié combien nous a coûté Mazarine Pingeot ;
- Le coiffeur de Hollande nous a coûté plus cher en un an à 10.000 € par mois que Madame Fillon en 15 ans ;
- Les médias se sont-ils déchaînés pour Papamadit ?
- Le Canard a-t-il fait sa pub en dénonçant tout l’état-major avec attaché de presse, garde du corps, plusieurs millions par mois, payés sur fonds publics, pour les maîtresses de Hollande ?
- Quel est le magazine qui s’est interrogé sur les dizaines de milliers de fonctionnaires au placard, payés à ne rien faire ?

Pardon, nous avons oublié l’argument décisif : mais François Fillon s’est présenté comme Monsieur Propre et il a perdu dans cette affaire son identité.

QUE NOS CONCITOYENS N’OUBLIENT PAS QUE DANS LES MANUELS TROTSKYSTES, l’opinion est l’objet d’une guerre de représentation.

La clé du succès est d’attaquer l’adversaire dans son cœur de légitimité. Exemple type, « CRS= SS ». Pour François Fillon, ce cœur de légitimité est l’honnêteté.

Alors c’est là que tous les médias qui sont de gauche ont suivi dans la curée.

LES FRANÇAIS SONT ÉCOEURÉS, RETROUVEZ-LES AUX URNES, PAS DANS LES MEDIAS QUI NE REPRESENENTENT PLUS L’OPINION.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.