Emploi 2017

Des chefs d’entreprises au service de l’emploi

Accueil > Edito

Avoir le courage de soutenir les riches

Par Bernard Zimmern,
le lundi 1er octobre 2012

Derrière toutes les déclarations bravaches d’une droite qui depuis 10 ans distribue au moins autant que la gauche et ne sait pas plus créer de la richesse, mais s’enfuit dès qu’on l’accuse de soutenir les riches, il faut s’intéresser à l’utilité de la richesse.

La question a été posée dans « à quoi servent les riches » [1] qui, à juste titre, souligne que les 10 plus grandes fortunes françaises emploient directement ou indirectement 700.000 salariés.
On peut ajouter que si Steve Jobs n’avait pas gagné autant d’argent avec Pixar, il n’aurait pas pu reprendre le contrôle d’Apple et augmenter cette année, avec l’iPhone, d’un quart de point le PNB américain ; ou que Vincent Bolloré n’aurait jamais pu lancer l’Autolib et développer des solutions originales de batteries sèches s’il n’avait pas eu derrière lui une grande fortune diversifiée puisqu’elle s’étend jusqu’à la gestion du port d’Abidjan.

Ce sont les riches qui aux USA sont à l’origine de la création de tant de fondations qui ont aidé leurs semblables comme Andrew Carnegie dont la devise était qu’il n’y a pire péché que de mourir riche et qui a créé le plus grand réseau de bibliothèques publiques gratuites (2.811 exactement), ou Henry J.Kaiser, l’inventeur des Libertyships qui a créé le premier HMO (health maintenance organization), le KaIser Permanente, une institution qui prend en charge tous les soins de santé des salariés d’une entreprise à prix fixe ; sans parler de J. Paul Getty et de son musée mondialement connu.
Peut-être encore plus importants que les super-riches avec des fortunes de plusieurs milliards, sont les petits riches, ceux qui disposent de fortunes de quelques millions. Ils sont des centaines de milliers grâce auxquels ceux qui innovent continuent de trouver aux USA les fonds nécessaires au lancement de leurs start-up.

La richesse, ce n’est pas se goinfrer ou épater les autres avec des voitures de luxe ou des yachts, c’est aussi se donner les moyens de réaliser une construction humaine qui peut servir à ses semblables. C’est Walmart créé au fond de l’Arkansas en 1962 par Sam Walton, devenu l’un des hommes les plus riches des États-Unis mais qui, encore quelques années avant sa mort en 1992, conduisait sa veille Ford 1970 pour visiter ses magasins.

Alors, la richesse est inutile, diront certains, car nous n’avons plus besoin d’augmenter la production humaine, assez d’iPhone ou de voitures, retour à la nature, des bicyclettes et moins de pollution.
Superbe quand on peut aller au supermarché du coin s’acheter la nourriture dont on a besoin, ou l’essence de sa voiture, ou avoir une retraite qui couvre plus que les minima vitaux. Mais que font ces bonnes âmes des 6 ou 7 milliards d’individus qui vivent encore avec moins de 1 euro par jour, dans des conditions d’hygiène qu’ils ne supporteraient pas seulement quelques minutes.

Etre contre la création d’entreprises de croissance en France, capables d’employer nos trois millions de chômeurs, parce que les faire financer par les riches serait attentatoire à l’égalité avec les pauvres ou au moins avec la classe moyenne, c’est une thèse défendable, si on ne s’apercevait pas que tous les pourfendeurs d’inégalités étaient tous des professeurs ou des chercheurs payés par l’État, avec un emploi à vie garanti et qu’ils ne risquent pas de vivre ce que vit un jeune qui, à 25 ans, n’a d’autre horizon dans la vie que le RSA ou les « emplois d’avenir ».

Nous n’aimons pas les riches jouisseurs mais, sauf au ciel où le créateur a peut-être le droit de distinguer entre les bons et les mauvais riches, ou dans les régimes concentrationnaires qui ont décidé par règlement quels bons riches garder et quels mauvais riches bannir, nous avons besoin de tous les riches possibles. En encourageant, certes, les meilleurs à donner l’exemple.


[1quoi servent les riches par Jean-Philippe Delsol avec la participation de Nicolas Lecaussin. JC Lattès

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.